La place des hommes à Marake

   

Les hommes de Marake jouissent d'un statut relativement privilégié par rapport aux femmes.

Outre l'autorité qu'ils ont sur elles, ils sont depuis quelques dizaines d'années polygames : les lois de l'islam imprègnent de plus en plus fortement le village.
Un père offre en général à son fils son premier mariage, dès avant 18 ans. Il espère ainsi le retenir près de lui, en particulier en participant au choix de la bru, qui devra si possible venir d'un village voisin. Par la suite, il faut pour prendre femme avoir les moyens de créer un nouveau foyer. Les hommes se limitent alors à autant de femmes qu'ils peuvent se le permettre, dans la limite de 4 d'après les lois de l'islam.

 

   

Puisque ils sont plus ou moins libérés des tâches de la vie quotidienne qui reviennent aux femmes, ils s'occupent de travaux plus occasionnels, plus techniques, ou plus physiques. Par exemple, il leur revient de mener l'ensemble du processus de fabrication d'une maison : depuis la taille des briques, en passant par la taille du bois à l'assemblage proprement dit. Ils s'occupent aussi du commerce : à l'intérieur du village, au marché, ou en fabriquant des biens qu'ils essaieront de vendre.

 
         
 
 Ci contre une maison en construction.
Ci dessous à gauche un homme en train de tailler les branches qui constitueront la charpente de la maison. Ci dessous à droite un fabriquant de caramel en pleine action : il manipule à mains nues le caramel brûlant pour en faire des bonbons (délicieux) qu'il vendra dans le village et si besoin est au marché.
   
         
 

 
         
  Ces différents travaux leur laissent beaucoup de temps libre, qu'ils passent ensemble, souvent autour du thé. Sauf pendant la saison des pluies (juillet et août), où l'ensemble de la main d'œuvre est requise pour les travaux des champs. Beaucoup sont alors tentés d'aller essayer de gagner de l'argent et jouir de la "modernité", en rejoignant la capitale Niamey pendant la saison sèche. Le coût du transport en constitue le principal obstacle.    

 

   
retour à l'accueil
 
suite