Niamey

 

 

Niamey n'était qu'un petit village de 2000 habitants en 1945. Mais c'est aussi à cet date qu'il est devenu la capitale. Il a alors connu une croissance fulgurante pour atteindre 700 000 habitants.

Les sécheresses, la difficulté de vivre dans les villages, l'inactivité pendant la saison sèche, mais aussi l'attirance pour la ville ont nourri l'exode rurale, difficile à stopper.

La ville s'étend sur une grande étendue. Ses principales artères y sont larges, et goudronnées. De nombreuses voitures les empruntent, mais la circulation n'est pas un problème.

On voit ci-contre l'un des rares immeubles, dans le centre de la ville.

 

La ville est divisée en trois communes, qui comportent en tout 52 quartiers. Ceux-ci sont desservis par un réseau de rues secondaires, le plus souvent sablonneuses. Celle de la photo ci-contre se trouve en plein coeur de la ville, à côté du grand-marché.

On trouve de nombreux commerces à même la rue.

Les pâters de maisons sont séparés en concessions, dans lesquelles vivent une grande famille ou plusieurs foyers de familles différentes.

 
 
  Toujours au centre ville...
 
 

Niamey est traversée par le fleuve Niger.

Depuis 1973, le Pont Kennedy (à gauche et ci-dessous) permet de le traverser à pied. Il fallait avant faire une course de pirogue.

L'eau qu' apporte le Niger permet à beaucoup de se laver, de nettoyer leurs habits, et à des cultivateurs de faire des cultures de contre-saison, à des pêcheurs d'y trouver de nombreux poissons, à des commerçants venus du Mali de se déplacer.